En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, permettant notamment d'optimiser votre visite.

Pour en savoir davantage sur notre politique en matière de cookies


Les principales fonctions

Saisie

Avant d’utiliser des données papier dans un Système d’Information Géographique (SIG), il est nécessaire de les convertir dans un format informatique. Cette étape essentielle depuis le papier vers l’ordinateur s’appelle digitalisation.
Les SIG modernes sont capables d’automatiser complètement ces tâches pour des projets importants en utilisant la technologie des scanners. D’autres projets moins importants peuvent se contenter d‘une phase de digitalisation manuelle (table à digitaliser). Aujourd’hui de nombreuses données géographiques sont disponibles dans des formats standards lisibles par les SIG. Ces données sont disponibles auprès de producteurs de données et peuvent être directement intégrées à un SIG.

Manipulations

Les sources d’informations (comme celles décrites précédemment) peuvent être d’origines très diverses. Il est donc nécessaire de les harmoniser afin de pouvoir les exploiter conjointement (c’est le cas des échelles, du niveau de détail, des conventions de représentation…) Les SIG intègrent de nombreux outils permettant de manipuler toutes les données pour les rendre cohérentes et ne garder que celles qui sont essentielles au projet.
Ces manipulations peuvent, suivant les cas n’être que temporaires afin de se coordonner au moment de l’affichage ou bien être permanentes pour assurer alors une cohérence définitive des différentes sources de données.

Système de Gestion de Bases de Données Relationnel (SGBDR)

Gestion

Si pour les petits projets il est envisageable de stocker les informations géographiques comme de simples fichiers, il en est tout autrement quand le volume de données grandit et que le nombre d’utilisateurs de ces mêmes informations devient important.
Dans ce cas il est essentiel d’utiliser un SGBD (Système de Gestion de Bases de Données) pour faciliter le stockage, l’organisation et la gestion des données. Un SGBD n’est autre qu’un outil de gestion de la base de données.
Il existe de nombreux types de SGBD, mais en Système d’Information Géographique, le plus utilisé est le SGBDR (Système de Gestion de Bases de Données Relationnel). Les données y sont représentées sous la forme de tables utilisant certains champs comme lien. Cette approche qui peut paraître simpliste offre une souplesse et une flexibilité sans équivalent permettant aux SIG de s’adapter à tous les cas de figure.

Interrogation et analyses

Disposant d’un SIG et de données, vous allez pouvoir commencer par poser des questions simples telles que :

Et des questions intégrant une analyse, comme par exemple :

Les SIG procurent à la fois des outils simples d’interrogation et de puissantes solutions d’analyses accessibles à tous les publics. Ils disposent de nombreux et puissants outils d’analyse, dont deux d’entre eux apparaissent comme particulièrement essentiels :

L’analyse de proximité

  • Combien existe-t-il de maisons dans une zone de 100 mètres de part et d’autre de cette autoroute ?
  • Quel est le nombre total de client dans un rayon de 10 km autour de ce magasin ?

Pour répondre à ces questions, les SIG disposent d’algorithmes de calcul appelés " buffering " afin de déterminer les relations de proximité entre les objets.

Analyse spatiale

Analyse spatiale

L’intégration de données au travers des différentes couches d’information permet d’effectuer une analyse spatiale rigoureuse. Cette analyse par croisement d’informations, si elle peut s’effectuer visuellement (à l’identique de calques superposés les uns aux autres) nécessite souvent le croisement avec des informations alphanumériques. Croiser la nature d’un sol, sa déclivité, la végétation présente avec les propriétaires et les taxes payées est un exemple d’analyse sophistiquée que permet l’usage d’un SIG.


Visualisation

Pour de nombreuses opérations géographiques, la finalité consiste à bien visualiser des cartes et des graphes. Une carte vaut mieux qu’un long discours. La carte est en effet un formidable outil de synthèse et de présentation de l’information.
Les SIG offrent à la cartographie moderne de nouveaux modes d’expression permettant d’accroître de façon significative son rôle pédagogique. Les cartes créées avec un SIG peuvent désormais facilement intégrer des rapports, des vues 3D ; des images photographiques et toutes sortes d’éléments multimédia.

  • Rejoignez-nous
  • FaceBook
  • Twitter
  • Viadeo
  • Linkedin
  • YouTube
  • RSS
  • arcOrama
  • arcOpole
  • ArcEduc
  • Paperli
© Esri France 2014 | Mentions légales | Powered by LD SERVICES with Isotools Studio | Emarketing by Pullseo Powered by Pullseo