L'information géographique se fait ingénieuse


Rédigé par Hubert D'Erceville

La vingtième édition de la conférence d’Esri France, a attiré plus de 2.500 participants très divers. Réunis autour de l’information géographique, ils sont de plus en plus ingénieux, intelligents voire même smart. C’est le thème de SIG 2016.
 
Uniques, passionnés, conviviaux et complémentaires. Mais aussi et surtout ingénieux. Les plus de 2.500 participants de SIG 2016 ont, chacun à leur manière, dévoilé des visages très variés pendant deux jours intenses. Les 5 et 6 octobre tous ces spécialistes de la géomatique avaient rendez-vous avec les experts d’Esri France pour plancher sur le développement du système d’information géographique ArcGIS.
Uniques, à l’image de Thibaud, la trentaine détendue en jean et baskets, venu pour la première fois rejoindre des ingénieurs du Groupe privé francilien auquel il appartient. « Ils m’ont convaincu de venir me tenir au courant des deniers produits, étudier la dernière version d’ArcGIS 10.4, assister aux démos sur la cartographie des mégadonnées, participer à un atelier sur la gestion des réseaux ». Et il ne le regrette pas.
Passionnés, comme Laure, en pleine discussion avec Timothé. Elle, enseignante à l’université de Cergy, lui son ancien étudiant recruté depuis peu dans le secteur de l’environnement. Ils sont rejoints par Laureline, venue humer l’ambiance et pister les opportunités d’embauche à l’issue de son apprentissage dans un syndicat intercommunal. Tous trois sont impressionnés par les travaux de Kimberly Roberson qui cherche à cartographier les flux migratoires pour localiser au mieux les moyens du Haut-commissariat des Nations Unies aux réfugiés (UNHCR) et répondre à leur besoins.
 
 
L’idée européenne de Daniel Cohn-Bendit
 
Conviviaux, avec Damien, consultant en SIG, venu retrouver des utilisateurs, ses clients, qu’il connait bien. « Je viens faire du réseau », s’amuse-t-il dans un clin d’œil à Stéphane, son voisin qui, lui, cartographie des transports. L’intervention de Frédéric Renaut, DSI de la Saur, l’a beaucoup intéressé, particulièrement la présentation des huit centres de pilotages opérationnels cartographiques.
Complémentaires, enfin, comme Colette, René et Benoît, dont l’organisation n’a pas n’a encore mis en place de véritable SIG. Collette a particulièrement apprécié la présentation sur le Conseil départemental de l’Eure, qui traite des projets qu’elle cherche à lancer. René, a adhéré au recadrage de Daniel Cohn-Bendit lors de l’intervention animée de l’ancien député européen où il défend bec et ongles l’idée d’Europe unie, malgré ses graves défauts qu’il reconnait. « Cela remet l’outil informatique à sa place et montre que l’humain est au centre de tout ». C’est cette diversité, ces regards différents que Benoît apprécie aussi.
 
 
 
La mixité est la richesse de cette conférence unique
 
Une diversité que Rony Gal a détaillée lors de l’ouverture de cette 20 conférence, « eh oui 20 ans déjà », des utilisateurs d’ArcGIS (voir l’encadré). « Vous arrivez de toute la France et de nombreux pays francophones. Vous appartenez à une multitude d’horizons, de métiers et de disciplines, dans le public, le privé ou l’enseignement. Vous venez échanger, partager, apprendre, comprendre, bref vous rencontrer ». Pour le patron d’Esri France, « cette mixité est une richesse, et c’est bien ce qui rend cette conférence unique ».
L’information géographique est un monde à part entière où se côtoient toutes ces différences et ces personnalités. Avec un objectif commun : visualiser, planifier, expliquer et comprendre l’espace, aussi bien les flux et les réseaux que les changements climatiques ou humains, les évolutions économiques, la sécurité ou la défense. Le message est clair : le SIG devient ingénieux, certains disent intelligent, voire Smart, mais aussi et surtout il ouvre de nouvelles perspectives en termes de collaboration, de partage et bien sûr d’analyse.

Prendre du recul et participer collectivement
 
« Que sait du désert celui qui ne regarde qu'un grain de sable ? ». En reprenant cette maxime de l’écrivain et économiste Erik Orsenna, Rony Gal résume tout le potentiel de l’information géographique en général et de la plateforme ArcGIS en particulier.
N’oublions jamais de prendre du recul et que chaque élément, chaque donnée, prise individuellement, fait partie d’un monde de plus en plus interconnecté et/ou interdépendant.
Ensuite, parce que chaque avancée d’un SIG participe au projet collectif d’un futur durable et d’un monde meilleur. « Mais la technologie ne fait pas tout : vous êtes au cœur de cette révolution, en fait, c’est d’abord vous qui êtes ingénieux ! »


Vingt ans déjà

« Eh oui, vingt ans déjà ». Rony Gal, patron d’Esri France, l’a soufflé au début de la conférence. À l’époque, en 1997, la première réunion des utilisateurs francophone d’Esri réunissait 250 fans de géographie dans une petite salle de la maison de la Mutualité à Paris. Christophe Tourret, aujourd’hui directeur des technologies d'Esri France, s’en souvient comme d’un événement fort où il dévoilait la dernière version ArcWiew3. Démonstration à l’appui.
Au fil des ans, après s’être tenue quelques temps au Palais des congrès d’Issy-les Moulineaux et avant de rejoindre Versailles, la manifestation a pris de l’ampleur, avec aujourd’hui plus de 2.500 participants. Mais son âme est restée inchangée : elle reste un moment fort de partage des connaissances, d’échange d’informations, de retrouvailles. Comme quoi, la géographie, ou plutôt l’information géographique, c’est aussi une question d’histoire.


Pour de plus amples renseignements, merci de contacter :

Contacts presse
OXYGEN
Annabel Fuder / Noémie Diaz de Cerio
Ligne directe : 01 82 02 11 29
annabel@oxygen-rp.com


Contact société
Esri France
Jean-Michel Cabon

Ligne directe : 01 46 23 60 66
Email : jmcabon@esrifrance.fr


© 2016 Esri France. Esri France, 21 rue des Capucins, 92195 Meudon Cedex
Tél : 01 46 23 60 66 - Fax : 01 45 07 05 60